Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 16:46

La cave coopérative "La Vinicole" a été créée en 1937, un an après la cave l'Espérance.
COURSAN (Aude) cave coopérative l'Espérance
En 1979, 350 adhérents cultivaient 446 hectares de vignes et produisaient 61 905 hectolitres de vin de table (moyenne annuelle de 48 141 hectolitres de 1974 à 1979)
Sa structure de production était donc exactement la même que celle de la cave de l'Espérance. La cave La Vinicole n'existe plus. Elle ne vinifiait plus depuis 1990.

 

Source : L'Indépendant
http://www.lindependant.fr/2011/12/28/la-vinicole-n-existe-plus,100478.php
 
Coursan


La Vinicole n'existe plus

Le 28/12/2011
Le site est dégagé.

Après avoir débuté ce sinistre travail de destruction massive dès la fin septembre, l'impressionnant travail de sape a fait place peu à peu à une noria de poids lourds bien réglés. Ils ont enlevé et emporté vers Narbonne les centaines de milliers de m3 de terre mélangés au béton qui formé l'imposant terril de viticulture massé pas loin du premier château.

Comme un symbole, c'est l'ancienne maison des gardiens qui est tombée la dernière, laissant apparaître le stade de rugby comme on ne l'avait jamais vu.

Les quelques badauds qui venaient pratiquement tous les jours voir l'avancement du chantier ont tous été impressionnés par le professionnalisme et la dextérité de ces hommes maniant des machines, si grosses, capables de détruire systématiquement et très méthodiquement ce que certains avaient mis des mois à construire.

Mais les années ont passé depuis la construction et la technique a évolué. Ce que l'on aurait fait au pic et à la pioche durant des mois et des mois a donc été défait très proprement en quelques semaines. Certes un peu de poussière, atténuée par un temps pluvieux durant les premières semaines, du bruit et la gêne réelle de la noria de camions durant des jours ont perturbé les riverains. Mais l'espace ainsi dégagé est énorme et la vue change. Il vaut mieux un grand espace plat qu'une verrue qui servait d'abri aux squatteurs en tout genre qui régulièrement mettaient le feu au bâtiment.

Que va devenir exactement ce site de plus de 9 500 m2 ?

La question reste posée même si les pistes semblent nombreuses, partant d'un gymnase très moderne en passant par de multiples logements sociaux et bien d'autres suppositions plus ou moins fantaisistes que certains échafaudent. Le site coincé entre la départementale, et sa voie d'accès unique, et le stade de rugby où l'on accède également par une voie unique présente de nombreuses de possibilités avec chacune des avantages et des inconvénients. Il faut bien reconnaître que la solution miracle est difficile à trouver. Des experts et les membres de la commission municipale qui s'occupe de cela penchent sur le problème. Il ne reste plus qu'à attendre leurs conclusions pour savoir ce que va devenir ce site, mais ce qui est sûr, c'est un peu de l'histoire viticole qui disparaît même si la première mort de la Vinicole, "la cave des riches" créée en 1936, est déjà intervenue en 1990 lors de la dernière vendange rentrée sur ce site.

source : L'Indépendant 

La 'coopé' la Vinicole rend l'âme

Le 4/11/2011 à 06h00

 La démolition avance bien.

La démolition avance bien.

Débutée depuis presqu'un mois, la démolition de l'ancienne cave coopérative "La vinicole" se poursuit à un rythme soutenu.

A chaque mur qui se décompose sous les assauts de ces pinces géantes c'est un petit pan de l'histoire viticole de la ville qui part en poussière.

En effet, ce vénérable bâtiment appelé par les viticulteurs "la cave des riches" en opposition à "la cave des pauvres" qui était l'Espérance devait même être terminée avant cette dernière, mais c'est l'inverse qui c'est produit.

Décidée en 1936, le 18 avril exactement lors d'une assemblée générale constitutive qui s'est tenue dans la salle du Syndicat agricole, la création de la Vinicole avait comme président Gabriel Cledes, vice-président Edmond Fabre et Léon Bédry, le secrétaire était Jean Avid, le trésorier Joseph Barthez et les deux commissaires de surveillance Étienne Vincent et Alban Rouvière et enfin le directeur était Pierre Bernat. Quelques mois après, le 4 juillet 1936, c'est à la mairie que l'assemblée constitutive de la création de l'Espérance a lieu. Le président Hubert Devèze et son conseil d'administration désignent Paul Pech comme directeur. Confrontés aux difficiles problèmes de vinification, concentration, stockage et commercialisation, les petits et moyens viticulteurs décidèrent de créer leurs propres coopératives et du même coup en créèrent deux la même année.

Mais le 3 juillet 1989, la fusion des deux caves était une réalité et l'aggravation de la crise viticole a fini par rapprocher ses deux entités qui, malgré quelques rivalités, ont connu une longue période d'amicale et solidaire collaboration.

Plus de vendanges depuis 1990
A la "Vinicole", la dernière vendange a été rentrée en 1990 et la "cave des vignerons coursannais", l'Espérance, devint un des caves les plus importantes de l'Aude forte de 609 adhérents totalisant alors 90 000 hl pour un millier d'hectares. Actuellement, cette dernière, présidée par Jean-Pierre Garcia, a fait la fusion avec la cave d'Armissan en 2000 et a pris depuis une importance réelle avec plus de 500 adhérents et près 190 000 hl. Elle est une des plus importante de la région.

Racheté par la municipalité, le site de la Vinicole est resté en état d'abandon et était devenu la proie de quelques squatters jusqu'à la décision de la destruction.

Depuis, le spectacle est saisissant car la puissance de ces pelles géantes équipées de pinces qui broient littéralement aussi bien le béton que l'acier est tout simplement surprenante. La dextérité des ouvriers qui découpent tranquillement des pans de murs de béton armé avant de les faire tomber et les transformer en poussière est elle aussi étonnante et l'on n'imagine même pas le temps qu'il aurait fallu pour détruire tout cela à la main.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Henri - dans histoire viticulture