Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 08:37

La Société Coopérative Vinicole "Les Grands Vins de la Vallée de l'Agly" a été créée en 1910.
En 1979 cette cave a vinifié 29 244 hectolitres de vins dont 17 672 hectolitres d'AOC (VDN rivesaltes et muscat de Rivesaltes, côtes-du-roussillon)
248 adhérents cultivaient  alors 810 hectares de vignes.




La coopérative d'Espira a fermé définitivement ses portes en novembre 2008. Elle aura vécu moins d'un siècle.

coope-Espira-5-cmp.jpg

Le scandale de la Socodivin enfin devant la justice

 

Le reportage de Matthieu Ferri

 

« Le négociant en vins Jean-Luc Cabaner doit être jugé jeudi devant le tribunal correctionnel de Perpignan. En 2006, son entreprise, la Socodivin, avait fait faillite de façon douteuse. Il n'avait pas payé une centaine de vignerons, et provoqué une catastrophe économique à l'échelle des Pyrénées-Orientales.

 

Le patron avait caché qu'il n'avait plus d'argent pour payer les vignerons. Selon l'enquête, Jean-Luc Cabaner trafiquait les comptes de son entreprise pour faire croire que tout allait bien. Pendant des mois, il continuait de constituer des stocks de vins doux naturels alors que sa structure est déjà en cessation de paiement. Il ne payait plus aucun producteur.

 

Les vignerons travaillaient donc pour rien, sachant qu'il n'avaient guère d'autres solutions : dans les années 2000, la Socodivin était devenue incontournable dans le secteur viticole des Pyrénées-Orientales. Installée à Villelongue-de-la-Salanque, elle était le premier distributeur de vin doux naturel du Roussillon, un quasi-monopole que les viticulteurs ne pouvaient éviter. Difficile de se rebeller contre celui qui achète quasiment toute votre production... Les viticulteurs continuaient d'ailleurs de faire affaire avec la Socodivin, même sans être payés. Le patron promettait toujours de faire le chèque dès que possible.

 

Et puis en 2006, tout s'écroule : la Socodivin fait faillite et entraîne dans sa chute une centaine de viticulteurs indépendants. Deux caves coopératives ne s'en remettront jamais : Pezilla-la-Rivière et Espira-de-l’Agly, obligées de cesser toute activité. Gilbert Conte, l'ancien associé de Jean-Luc Cabaner va même jusqu'à porter plainte contre lui pour escroquerie et malversations. Il avait démissionné de son poste en 2002, effaré par les malversations du co-gérant. Et puis 7 ans après, il y a tous ces vignerons qui continuent d'éponger les dettes de ce scandale.

 

Qu'attendre de ce procès ?

 

Le rendez-vous est capital pour les professionnels du vin, qui auront enfin face à eux l'escroc qui les a ruinés. Deux vignerons seulement devraient témoigner à la barre ce jeudi, mais ils se feront les porte-paroles de l'ensemble de leurs confrères. Denis Pigouche, le président du syndicat des vignerons du Roussillon appelle d'ailleurs toutes les victimes à faire acte de présence au tribunal, même s'ils ne prennent pas la parole. Une présence pacifique même si les vignerons restent très énervés par cette affaire.

 

En plus, du point de vue financier, il n'y a pas grand-chose à attendre de ce procès, les viticulteurs ne reverront certainement jamais leur argent. La vente des biens personnels du gérant n'épongera qu'une infime partie de ses dettes. Quant à Jean-Luc Cabaner, il est resté dans le domaine du vin : on retrouve facilement son CV sur internet. Il est aujourd'hui gérant de la Cabaner Wines and Spirits Consulting... Il vend notamment du vin sur internet, via la Nouvelle Société de la Côte Radieuse. Une filiale de la Martiniquaise, le numéro 2 français des vins et spiritueux, qui avait racheté les restes de la Socodivin, lors de la faillite en 2006. »

Partager cet article

Repost0
Publié par Henri - dans histoire viticulture